Archives de l’auteur : Alexia Lorieux

Poulet caramel – gingembre

par Alexia

Quand j’ai réclamé à Quentin cette recette végé que j’adore manger et qu’il m’a faite découvrir, il m’a demandé à quel point il devait être précis car lui en cuisine c’est surtout “à l’œil”, mais là, “la cuisine viet c’est censé être précis”.

Alors rien que pour vous, Quentin s’est efforcé de réfléchir aux quantités et m’a expliqué le processus.

Poulet végé caramel-gingembre – vue 1
Poulet végé caramel-gingembre – vue 2

Pour 4 personnes environ :

  • Compter 120 g de protéines de soja déshydratées, les mettre dans l’eau environ 30min – moi je pense que si l’eau est chaude, on peut les laisser moins longtemps, mais ça je ne lui ai pas dit.
  • Découper en bâtonnets fins 80 g de gingembre
  • Dans une casserole, verser 50 g de sucre blanc dans de l’huile végétale. Faire chauffer doucement jusqu’à l’obtention d’un caramel. Attention à ce qu’il ne brunisse pas trop !
  • Y verser le gingembre, mélanger et laisser frire quelques minutes puis verser les protéines de soja.
  • Poivrer, saler, et ajouter de la sauce soja, verser de l’eau à niveau puis faire réduire pendant environ 30 min à feu doux.
  • Mélanger de temps en temps
  • C’est prêt à consommer lorsque les protéines ont pris le goût et la couleur de la sauce.
  • Servir avec du riz blanc et des cébettes hachées finement.

Bon appétit !

Le 30 mai, nous avons déjeuné sur l’herbe

Les végétaux étaient à l’honneur rue de l’Arc le dimanche 30 mai, où pas moins de 80 personnes sont venues déguster un menu entièrement végétarien dans un cadre pas moins vert. Les recettes ont généreusement été proposées par la cheffe Angie et concoctées avec les bénévoles de l’association Marhaban.

Quelques jours après le coup de feu, les protagonistes du dimanche se sont retrouvés pour partager impressions et enseignements tirés de l’expérience . Voici un retour en images sur cet évènement gourmand.

Ce déjeuner sur l’herbe avait une saveur particulièrement agréable, à l’heure de la réouverture des terrasses et de l’arrivée de l’été. L’une des femmes de l’Association soulève le caractère « original » de ce repas : aucune terrasse à Marseille n’est traversée par les piétons, les vélos. Ici, les habitants, les passants se mêlent aux convives attablés dans la rue et le tout crée une ambiance chaleureuse.

C’était un « repas vivant », un « repas qui bouge », à tel point que les verres avaient du mal à tenir sur les tables en pente – un point important soulevé par l’une des femmes pour la prochaine édition !

L’effervescence de la rue de l’Arc était visible depuis les deux extrémités de celle-ci. Les tables, joliment garnies d’assiettes colorées avaient de quoi faire des envieux !

Ici, tous les sens nous sont mobilisés. Les couleurs, les odeurs, les discussions forment un ensemble joyeux.

En plein service, vers 13h, alors que plusieurs personnes s’activent en cuisine, que d’autres prennent les commandes et portent les assiettes à table, le déjeuner sur l’herbe se fait désirer : plusieurs petits groupes attendent patiemment leur tour.

Assise sur les marches des pas de portes, en plein milieu de la rue, ou encore debout, une dizaine de convives se nourrit du regard.

Le nombre de personnes venues ce dimanche étonne le groupe de femmes. 82 ! Elles ne s’étaient même pas rendu compte du service qu’elles ont assuré. Alors que certaines disent avoir été un peu inquiètes, stressées le jour J, toutes ont été capables de servir plus de 80 repas, de quoi se « donner confiance » comme le soulève l’une d’elle. « C’est formidable » réplique une autre membre du groupe.

Camille et Valérie ont attendu une trentaine de minutes avant qu’une place se libère. C’est là qu’elles voulaient manger, pas question de changer d’adresse. Elles mentionnent, le sourire aux lèvres que l’ambiance était « douce », « avec un personnel charmant » « dans une petite ruelle chaleureuse ». Camille se réjouit d’avoir mangé « de merveilleux mets végé » et Valérie se régale de « [l’]expérience authentique et plein de charme » qu’elle a vécue. Le plaisir des convives, c’est ce qui importe le groupe de femmes bénévoles : « ça fait du bien », « c’est magnifique ».

Une des membres de l’association s’étonne du fait de ne pas avoir eu de retours négatifs… à croire que ce déjeuner sur l’herbe était parfait ?

Rôtir, mixer, cuir, servir, mariner…les femmes reviennent sur les recettes imaginées par la cheffe Angelica et qu’elles ont collectivement cuisiné. Elles ont toutes appris et découverts une nouvelle cuisine. Plusieurs d’entre elles n’avaient jamais pensé à manger les poivrons et les courgettes crus.

Le pesto de fanes de radis ? Quelle bonne idée, « c’est écolo, on n’a rien jeté », « on a appris à économiser les légumes ».

Les femmes se remémorent l’élaboration du houmous de betterave, elles ont partagé les recettes avec leurs proches. Et lorsque l’une d’entre elles affirme avoir « loupé une étape, zut ! » lors de sa transmission, l’idée vient alors de rédiger un carnet de recettes.

Afin de donner vie aux souvenirs sur du papier, l’Association pense écrire toutes les recettes dont les participantes se souviennent et réaliser un carnet à partager et à utiliser sans modération.

En cuisine et au service aussi, l’équipe s’est régalée. Les femmes de l’Association Marhaban se sont nourries des échanges avec les client.e.s, ont savouré les plats, se sont surpassées et toutes dressent un bilan très positif de ce week-end au vert, rue de l’Arc.

Les retours d’expériences fusent autour de la table au local de l’Association. Si certaines sont un peu timides au début, les commentaires et suggestions bouillonnent à la fin de la rencontre.

Les valeurs de partage, de solidarité, d’inclusion portées par l’Association Marhaban se perçoivent dans les récits de chacune des participantes. Toutes font preuve de reconnaissance, de gratitude, de plaisir quant à ces deux jours passés rue de l’Arc.

La brigade du dimanche est plus motivée que jamais et suggère même d’agrandir la terrasse de la rue.

La conclusion est unanime : à quand le prochain déjeuner sur l’herbe ?

Alexia Lorieux