Archives de catégorie : Partenaires

Un été, rue de l’Arc

A Noailles, la rue de l’Arc prend ses quartiers d’été !

Le Bouillon de Noailles vous invite à envahir la rue pour dessiner, écrire, cuisiner et déjeuner ensemble tous les samedis à 11h à partir du 31 juillet.

Grâce au Kaloum, Fotokino, Culture du Cœur, Vacarme Orchestra, Compagnons Bâtisseurs, et d’autres associations du centre-ville, il y a aussi des initiations à la musique, à la fabrication d’instruments et de jeux, des séances de lecture, de conte et de cinéma !

Pour petits et grands. Totalement gratuit.

Informations et inscriptions : uneteruedelarc@gmail.com / 07 68 41 31 94

Compléments et mise à jour du programme : @uneteruedelarc

Venez nombreux !

le 13 juin, on a tout cuisiné !

Dimanche 13 juin, la Canebière piétonne avait un petit air de fête. Sous un beau soleil estival, une vingtaine d’associations a proposé ateliers, jeux pour adultes et enfants, chants, contes, déambulations musicales, fanfares, prestidigitation, expo-vente d’objets recyclés et customisés…

Le Bouillon de Noailles a animé un atelier de cuisine Zéro déchet, public et gratuit, répondant ainsi présent à cet appel à Sauver la planète lancé par le Théâtre Le pied nu.

Notre stand attirait le regard de tous côtés : l’agitation en cuisine, les couleurs dans l’assiette et, visible de très loin, notre totem du jour, la Frétillante, une Grande Carriole, gentiment prêtée par Les Grandes Tables.

Une quinzaine de cuisiniers du dimanche, bien informés ou promeneurs attentifs, ont préparé des recettes valorisant tout autant les parties nobles des fruits et légumes que les épluchures. Au menu : gaspacho de radis, pâtes au pesto de fanes, smoothie banane-courgette, moelleux banane-chocolat, crêpes à l’écorce d’orange, boissons rafraichissantes… Nous avons déjeuné et goûté ensemble en profitant du spectacle de la rue animée.

Une très agréable sensibilisation à la lutte contre le gaspillage alimentaire !

λογότυπος

Benjamin Santa, professeur de graphisme au lycée Don Bosco, intervient : “logo n’est qu’une version raccourcie de logotype qui vient du grec ancien λογότυπος, logotipos composé de logos (parole, discours) et typos (marque laissée par un coup, empreinte). Un logo est une parole inscrite, une marque qui parle.”

Nous sommes le 28 mai 2021 et les membres de l’association réunis pour l’occasion examinent les 12 propositions d’identité visuelle de 12 de ses élèves de bac pro Communication visuelle.

En réalité, l’histoire a commencé en mars 2020. Le Bouillon de Noailles fraichement créée se cherche un blason et finit par appeler Benjamin Santa au secours. Mais la Covid contrarie cette collaboration à peine initiée. C’est avec l’aide de Clément Rollet, graphiste récemment diplômé de cette même section, que nous imaginons le logo actuel.

C’est au prix de beaucoup d’efforts, de réflexions, de questions et d’hésitations que nous aboutissons à une image qui semble nous représenter. L’exercice nous plaît, nous passionne même. En septembre 2021, nous contactons à nouveau Benjamin Santa.

Et voilà Janis, Inès, Antoine, Lilia, Elsa, Roméo, Hugo, Yanis, Isis, Victoria, Louis et Morgane, tous élèves en 1ère Communication visuelle, qui se mobilisent sur notre image.

Nous les rencontrons une première fois pour leur présenter notre association et notre demande. Ils posent des questions. Ils veulent comprendre qui nous sommes, ce que nous voulons faire, ce que nous attendons d’eux.

Nous les revoyons 2 mois après. Ils se sont renseignés, ont fait des recherches sur internet. C’est maintenant avec leurs propres mots qu’ils nous parlent du quartier de Noailles, d’alimentation, de solidarité. Ils disent l’ambiance qu’ils associent à notre projet, les couleurs, les formes, les messages. Ils apprennent en classe une méthode de travail, Benjamin Santa veille à ce qu’elle soit suivie. Nous sentons déjà leurs fibres créatrices, leurs inspirations, leurs pattes graphiques qui s’expriment différemment chez les unes et chez les autres. Une dernière réunion de travail permet de faire des arbitrages entres les versions d’une même proposition. Et nous nous donnons rendez-vous en mai pour la présentation du travail final.

Nous revoici donc le 28 mai avec les 12 propositions de chartes graphiques exposées sur les murs de notre local. Chaque élève présente la sienne. Il y a les timides, les nonchalants, les blagueurs, les sérieux. Il y a surtout 12 futurs professionnels qui croient en ce qu’ils font, qui répondent aux questions parfois pointues du public (“C’est quoi la vectorisation ?”), qui argumentent, qui entendent les remarques sur leur création. Leur professeur intervient parfois, précise et en revient toujours à la méthode. C’est un exercice très difficile auquel ils se prêtent, et ils le font avec tant de courage et de volonté que chaque intervention est applaudie. Nous continuons une agréable discussion autour d’un pot.

Leur travail reste exposé 8 jours au cours desquels 70 visiteurs votent pour leur logo préféré. Un vote à bulletin secret. Le dépouillement de l’urne est réalisé sans huissier mais avec soin et recomptage. Nous avions prévu de retenir 3 travaux mais ce seront 4 élèves qui montent sur le podium :

1ère

Lila

– – –

Janis

2ème exæquo

Roméo

– – –

Antoine

Nous félicitons les gagnants et remercions vivement tous les élèves, leur professeur et le lycée.

Lorsque nous annonçons les résultats du scrutin à Benjamin Santa, il réagit en professeur passionné : “Ce projet a permis à nos étudiants de se confronter à une demande réelle leur permettant ainsi de mieux mesurer les enjeux de leur formation ainsi que le niveau d’acquisition de leurs connaissances. Cela leur a permis aussi de mieux appréhender les savoirs être inhérents au monde professionnel. L’aspect “appel d’offre” a stimulé leur compétitivité, leur créativité et leur investissement. Merci au Bouillon de Noailles de nous avoir confié ce beau projet.”

Nous ne pensons pas changer dans l’immédiat notre logo actuel, il commence à être connu, nous nous y sommes habitués, il nous colle à la peau. Cependant cette collaboration fructueuse avec des professionnels en herbe a renforcé notre détermination à poursuivre l’objet de notre association : la formation, l’apprentissage, et l’expérimentation, sources d’épanouissement personnel et de liens sociaux.

Le 30 mai, nous avons déjeuné sur l’herbe

Les végétaux étaient à l’honneur rue de l’Arc le dimanche 30 mai, où pas moins de 80 personnes sont venues déguster un menu entièrement végétarien dans un cadre pas moins vert. Les recettes ont généreusement été proposées par la cheffe Angie et concoctées avec les bénévoles de l’association Marhaban.

Quelques jours après le coup de feu, les protagonistes du dimanche se sont retrouvés pour partager impressions et enseignements tirés de l’expérience . Voici un retour en images sur cet évènement gourmand.

Ce déjeuner sur l’herbe avait une saveur particulièrement agréable, à l’heure de la réouverture des terrasses et de l’arrivée de l’été. L’une des femmes de l’Association soulève le caractère « original » de ce repas : aucune terrasse à Marseille n’est traversée par les piétons, les vélos. Ici, les habitants, les passants se mêlent aux convives attablés dans la rue et le tout crée une ambiance chaleureuse.

C’était un « repas vivant », un « repas qui bouge », à tel point que les verres avaient du mal à tenir sur les tables en pente – un point important soulevé par l’une des femmes pour la prochaine édition !

L’effervescence de la rue de l’Arc était visible depuis les deux extrémités de celle-ci. Les tables, joliment garnies d’assiettes colorées avaient de quoi faire des envieux !

Ici, tous les sens nous sont mobilisés. Les couleurs, les odeurs, les discussions forment un ensemble joyeux.

En plein service, vers 13h, alors que plusieurs personnes s’activent en cuisine, que d’autres prennent les commandes et portent les assiettes à table, le déjeuner sur l’herbe se fait désirer : plusieurs petits groupes attendent patiemment leur tour.

Assise sur les marches des pas de portes, en plein milieu de la rue, ou encore debout, une dizaine de convives se nourrit du regard.

Le nombre de personnes venues ce dimanche étonne le groupe de femmes. 82 ! Elles ne s’étaient même pas rendu compte du service qu’elles ont assuré. Alors que certaines disent avoir été un peu inquiètes, stressées le jour J, toutes ont été capables de servir plus de 80 repas, de quoi se « donner confiance » comme le soulève l’une d’elle. « C’est formidable » réplique une autre membre du groupe.

Camille et Valérie ont attendu une trentaine de minutes avant qu’une place se libère. C’est là qu’elles voulaient manger, pas question de changer d’adresse. Elles mentionnent, le sourire aux lèvres que l’ambiance était « douce », « avec un personnel charmant » « dans une petite ruelle chaleureuse ». Camille se réjouit d’avoir mangé « de merveilleux mets végé » et Valérie se régale de « [l’]expérience authentique et plein de charme » qu’elle a vécue. Le plaisir des convives, c’est ce qui importe le groupe de femmes bénévoles : « ça fait du bien », « c’est magnifique ».

Une des membres de l’association s’étonne du fait de ne pas avoir eu de retours négatifs… à croire que ce déjeuner sur l’herbe était parfait ?

Rôtir, mixer, cuir, servir, mariner…les femmes reviennent sur les recettes imaginées par la cheffe Angelica et qu’elles ont collectivement cuisiné. Elles ont toutes appris et découverts une nouvelle cuisine. Plusieurs d’entre elles n’avaient jamais pensé à manger les poivrons et les courgettes crus.

Le pesto de fanes de radis ? Quelle bonne idée, « c’est écolo, on n’a rien jeté », « on a appris à économiser les légumes ».

Les femmes se remémorent l’élaboration du houmous de betterave, elles ont partagé les recettes avec leurs proches. Et lorsque l’une d’entre elles affirme avoir « loupé une étape, zut ! » lors de sa transmission, l’idée vient alors de rédiger un carnet de recettes.

Afin de donner vie aux souvenirs sur du papier, l’Association pense écrire toutes les recettes dont les participantes se souviennent et réaliser un carnet à partager et à utiliser sans modération.

En cuisine et au service aussi, l’équipe s’est régalée. Les femmes de l’Association Marhaban se sont nourries des échanges avec les client.e.s, ont savouré les plats, se sont surpassées et toutes dressent un bilan très positif de ce week-end au vert, rue de l’Arc.

Les retours d’expériences fusent autour de la table au local de l’Association. Si certaines sont un peu timides au début, les commentaires et suggestions bouillonnent à la fin de la rencontre.

Les valeurs de partage, de solidarité, d’inclusion portées par l’Association Marhaban se perçoivent dans les récits de chacune des participantes. Toutes font preuve de reconnaissance, de gratitude, de plaisir quant à ces deux jours passés rue de l’Arc.

La brigade du dimanche est plus motivée que jamais et suggère même d’agrandir la terrasse de la rue.

La conclusion est unanime : à quand le prochain déjeuner sur l’herbe ?

Alexia Lorieux

Cuisine Zéro déchet – Canebière 13 juin

Atelier collaboratif

Le Bouillon de Noailles s’associe à l’action Sauver la planète, organisée par le Théâtre du Pied nu sur le bas de la Canebière dimanche 13 juin. Retrouvez-nous à partir de 12h30 en face de la CCI pour 2 ateliers culinaires gratuits : “la cuisine Zéro déchet”.

Venez cuisiner avec Pascal, notre chef, des fruits et des légumes bios et locaux, préparer des plats salés, des desserts, des chips et des boissons saines et rafraichissantes que nous allons ensuite déguster ensemble.

Au menu :

Atelier 1 – 12h30 :
– Gaspacho de radis
– Pesto de fane de radis et ses pâtes.
– Smoothie banane-courgette
– Moelleux au chocolat/banane

Atelier 2 – à partir de 16h :
– Crêpes à l’écorce d’orange.
– Boissons sucrées.

* 6 personnes par atelier

A chaque atelier nous prendrons le temps de déguster nos préparations. Nous partagerons aussi nos trucs et astuces culinaires, nos connaissances sur les règles d’hygiène, et bien entendu sur la limitation des déchets.

Nous en profiterons également pour parler de l’association Le Bouillon de Noailles et les revues de rencontres culinaires, Ingrédient, seront en vente sur place.

A dimanche…

C’est bon, c’est festif, c’est dimanche à partir de 12h30 sur la Canebière !

Lycée St Exupéry & l’étude de marché

Le 3 mars dernier, Le Bouillon de Noailles a confié une étude de marché à un groupe d’étudiants de 2ème année du BTS Négociation et Digitalisation de la Relation Clients au lycée St Exupéry de Marseille. Cette étude portait sur l’analyse de l’offre et de la demande pour la pause-déjeuner dans l’hypercentre de Marseille et du positionnement futur du restaurant du Bouillon de Noailles. Le lancement de l’étude a donné lieu à une belle rencontre entre l’association et les étudiants, très impliqués et créatifs.

Malheureusement, peu de temps après, le confinement imposé par le Covid-19 a eu raison des missions prévues sur le terrain. L’étude a été suspendue et reportée à la rentrée prochaine.

Le Bouillon de Noailles remercie Lucy , les 2 Kévin, Sofiane, Mégan, Yohel, Jawdan, Marouane, Thomas pour leur intérêt et foi dans notre projet et leur souhaite tout le succès qu’ils méritent dans la poursuite de leurs études. Un grand merci également au lycée St Exupéry et à Christine, leur professeure, qui a crû en cette collaboration et organisé la mission. Partie remise !

Invitation à cuisiner

Le 13 mars dernier, Destination Familles a invité Le Bouillon de Noailles à découvrir et participer à son atelier cuisine mensuel dans ses locaux de la rue d’Aubagne.

Mariata, Soubira et Maoulida proposaient à une dizaine de cuisiniers amateurs leur recette des samoussas et surtout, de les former aux gestes techniques : la découpe de la pâte, le pliage du cône, le remplissage de la farce, la fermeture du triangle et le collage à la farine.

Un moment très agréable et instructif qui a donné envie aux deux associations d’organiser des événements ensemble. Un grand merci aux cuisinières et à Jean-Philippe, Hervé et Lucas pour leur accueil !

Toutes les bonnes recettes et les reportages photos de Destination Familles sur le blog de l’Atelier Cuisine Collaboratif